Peintures Valrie gurin VALÉRIE GUÉRIN
Peintures Valrie gurin     
Peintures Valérie Guérin
Valérie GUÉRIN dessine et peint depuis l´enfance. Obstinément et délibérément autodidacte, elle assume par ailleurs les inévitables et nombreux aléas d´un parcours artistique soumis aux exigences de sa vie professionnelle. Il semble pourtant que cet affrontement aux réalités quotidiennes, bien loin de tarir l´inventivité de l´artiste, lui ait régulièrement ouvert de nouveaux champs d´inspiration. En témoigne la diversité des thèmes abordés sur ce site, laquelle n´épuise pas la richesse d´une oeuvre multiforme, d´ores et déjà saluée par des publics et des jurys très éclectiques.

Diversité mais surtout complexité d´un univers secret au sein duquel s´affrontent dans une dualité paradoxale la tendresse lumineuse d´un vivifiant humour et la sourde violence d´une angoisse mortifère. Cette opposition récurrente, particulièrement sensible dans les représentations du monde animal trouve son point d´orgue dans la pratique du dessin. Il suffira de confronter les courbes sensuelles et les souples tracés de Secrets d´oiseaux aux fractures et tensions des croquis illustrant Carnet de vies, pour saisir sous chaque occurrence le vivant symbolisme de l´interprétation graphique. Parallèlement à cette approche, l´extrême sobriété de l´oeuvre peint se fonde sur une étonnante économie de moyens. La matité du médium appliqué sur la toile en couches minces fortement diluées de white spirit convient aux couleurs froides et aux tonalités sourdes d´ une palette accessoirement relevée d´or pâle ou de plages mordorées. Les couleurs plus vives de l´aquarelle, dont les étendues compactes défient les lois du genre, se concentrent entre les contours appuyés d´un tracé précis qui évoque à nouveau l´irrépressible émergence du dessin.

C´est effectivement dans ce domaine que se profilent d´ores et déjà les orientations les plus signifiantes de l´oeuvre en devenir. Dès les années 2000, le graphisme dense et le minutieux réalisme des premières encres s´effaçaient derrière la virtuosité d´un trait pur, dans une perspective parfois très proche de l´univers fantasmatique de la BD. Plus récemment la vaste collection des Zébrures, en inscrivant sur la blancheur des cansons l´énigmatique sophistication de ses inextricables réseaux d´encre noire, orientait le regard vers une appréhension purement abstraite du motif, avant de permettre à l´observateur attentif une interprétation proprement figurative.

Enfin dans l´immédiate actualité de l´oeuvre, les variations Autour du Cirque - dont l´artiste n´a pas encore fini d´épuiser la richesse - ouvrent à l´abstraction le champ encore inexploré du trait interrompu : invitant l´oeil à combler la soudaine vacuité d´une courbe à peine ébauchée et livrant à la liberté du regard le dynamisme d´un élan tendu vers un improbable équilibre, l´art touche ici au coeur même de l´épure.

C´est sur ce tournant décisif que s´ouvre notre site. Nous y suivrons l´évolution d´une oeuvre qui n´a pas fini de surprendre.